Voir le reportage de BFM TV, avec RMC : « On a peur qu’un camion tombe sur nos maisons »: les riverains oubliés de l’A47 réclament en vain un mur anti-bruit (bfmtv.com)

RMC S’ENGAGE POUR VOUS – Abandonnés par l’Etat et la région, les riverains de l’autoroute A47, entre Saint-Etienne et Lyon, demandent en vain un mur anti-bruit.

L’A47, c’est une autoroute entre Lyon et Saint-Etienne. Une des plus vieilles voies express de France. Chaque jour, ce sont en moyenne 50.000 véhicules qui l’empruntent. Pour la désengorger, il y a 30 ans, un projet pour construire une nouvelle autoroute, l’A45, est envisagé. Un projet finalement abandonné par l’Etat. Le problème, c’est que l’Etat a aussi abandonné aussi les riverains de l’A47.

Comme René Paul, qui vit à Rive-de-Gier, le long de l’A47, à une vingtaine de mètres seulement en contrebas de l’autoroute: “On a du bruit, le matin, l’après-midi et le soir. On ne s’entend plus. Il y a juste une petite barrière, on a peur qu’un camion ou qu’une voiture tombe sur nos maisons”.

Ce que demandent ces habitants, ces oubliés de l’A47, c’est tout simplement la construction de murs pour les protéger du bruit mais aussi d’un potentiel accident. Quand le gouvernement a abandonné son projet il y a trois ans, il s’est engagé à investir plus de 400 millions d’euros pour faire des travaux sur cette route. Sauf que 100 millions seulement ont été investis pour l’instant. Et rien pour les murs anti-bruit réclamés par ces habitants, qui se sont pourtant constitués en association.

David vit dans une autre commune, Saint-Joseph, elle aussi traversée par l’A47: “Rien n’est fait et on commence à saturer. On veut juste un mur anti-bruit. Il y en a un sur une petite parcelle à 500 mètres mais il n’y a pas de continuité”.

>> A LIRE AUSSI – Pourquoi la crise sanitaire a permis aux milliardaires de devenir encore plus riches

“Chacun se renvoie la balle entre l’Etat et la région”

Il n’y a pas d’obligation juridique à construire un mur antibruit, mais il y a un engagement moral pris par l’Etat dans les années 90 à lutter contre les points noirs du bruit. Sauf que construire des murs anti-bruit, ça coûte cher. Et personne ne veut payer.

“Chacun se renvoie la balle entre l’Etat qui devrait prendre des décisions et la région qui ne finance pas là où il faut. On parle quand même de riverains qui ont leurs murs qui tremblent avec des camions qui passent à 20 mètres de chez eux. Il y a des solutions qui existent et qui ont été faites ailleurs. Il suffit d’un peu de volonté politique”, assure Johann Césa, conseiller régional d’opposition.

La construction de ces murs anti-bruit pourrait changer le quotidien des riverains… Mais aussi leur éviter de gros problèmes de santé, explique Christophe Sanson, avocat spécialiste des nuisances sonores: “En terme de santé, c’est ce qu’il y a de pire parce que c’est un bruit continu. L’organisme s’y habitue en apparence mais il y a des risques cardio-vasculaires. On a un sommeil de mauvaise qualité avec des nuisances constantes pendant des années”, assure-t-il à RMC.

Contactée par RMC, la région répond qu’elle serait prête à cofinancer les murs si l’Etat investit. De son côté, l’Etat, via la préfecture, assure que pour l’instant la construction de murs antibruit dans ces deux communes n’est pas en projet… Mais que cette demande est cohérente avec les objectifs de l’Etat et qu’elle va être analysée. Comme un début d’engagement à agir.

Categories: Presse

0 Comments

Leave a Reply

Avatar placeholder

Your email address will not be published. Required fields are marked *